http://www.bellaumbria.net/wp-content/themes/bellaumbria/overlay/giove.jpg
Chercher un Hôtel et Agritourisme
1  Chambre  2  Adultes  0  Enfants
OK
Giove

Giove

PROVINCE: Terni
INDICATIF: 0744 CODE POSTAL: 05024
SUPERFICIE: 15kmq
HABITANTS: giovesi
JOUR DE FêTE: 24 giugno
PATRON: San Giovanni Battista

La toponyme du village de Giove ne remonte pas à un temple présumé ou à un culte du Dieu Giove (aucun temple n'a jamais été trouvé bien que le culte de la divinité ne soit diffusé dans toute la région du Lazio) mais bien au vocabulaire latin "jugum", "sommet" entre deux vallées, qui correspond parfaitement à la situation géographique du village.

Soutenant cette thèse, dans les cartes du Moyen-Âge, il était appelé Juvo ou Jugo: on peut voir, par exemple un document du 8 Août 1191 cité par Luciano Canonici dans son livre "Alviano / Un rocher - une famille - un peuple" (Editions Porziuncola). L'étymologie qui veut que le nom actuel dérive d'un présumé Jovis (Giove) est en revanche à faire remonter à une simple tradition populaire.

A l'époque romaine, le centre prend une grande importance grâce au port fluvial de San Valentino, sur le fleuve Tevere et, de fait, les restes archéologiques datant de l'époque romaine sont nombreux, des pièces aux tombe set ruines de villes romaines. Comme d'autres domaines féodaux voisins, Giove fût disputé entre les familles nobles de l'endroit et la Papauté, jusqu'à l'époque seigneuriale, quand le Pape donna Giove à la familles des Anguillara. En 1465 la famille Amerini occupa le château, le livrant à Paolo II Farnese. 

A la seigneurie des Farnese succéda, au 16ème siècle, celle des Mattei qui firent construire une partie de l'imposant palais à plan carré. En ce qui concerne les beautés du village, la plus connue et intéressante est sûrement le Palais Ducal, unique pour sa rampe d'escalier interne parcourable avec les carrosses jusqu'à l'étage noble. Le début de la construction est dû à la volonté du Duc Ciriaco Mattei au 16ème siècle de récupérer en tant que résidence privée de réception une antique forteresse. 

L'intérieur est enrichi par les peintures de sujets mythologiques et bibliques que l'on peut faire remonter respectivement à des artistes tels que Domenichino, Alfani et Paolo Veronesi. A voir également l'église paroissiale, d'époque baroque, dont la façade est encadrée par deux clochers symétriques. Le centre historique est un exemple classique de plan médiéval: une longue série de ruelles s'entrelace à l'intérieur d'un périmètre délimité par les murs médiévaux et caractérisé par la superposition d'arcs, d'escaliers et de contreforts. Sur la porte d'entrée du village se trouve le monogramme de San Bernardino, qui pendant sa période d'apostolat évangélisa ces terres au cours des premières années du 15ème siècle.

Offres - Amelia et environs

Au premier plan - Amelia et environs